@ Voice4Thought Académie

Après une année pilote réussie, la Voice4Thought Académie (V4TA) Mali passe à la phase suivante ! Au cours des cinq prochaines années, le projet s’étendra à 12 autres cercles, en plus des quatre qui ont participé au projet pilote. V4TA Mali fait partie du programme PGLR+ où nous sommes heureux de travailler avec nos partenaires SNV, Oxfam, et Cordaid/ICCO.


La première année de l’Académie Voice4Thought a été une année de grand développement, d’innovation et de beaucoup d’enthousiasme. Dans le contexte d’un pays qui connaît une crise complexe, des conflits et de l’incertitude, nous avons développé une approche qui aide les jeunes à comprendre ce qui se passe dans les régions où ils vivent, afin qu’ils puissent faire leurs propres analyses critiques et mieux s’exprimer. Pour ce faire, ils effectuent des recherches en utilisant des méthodes qualitatives – photo, vidéo, blog, théâtre, slam art – et quantitatives. Plus de 290 jeunes Maliens ont été équipés d’outils pour développer leur voix au cours de l’année dernière.

L’Académie est fondée sur l’idée que si les jeunes acquièrent plus de connaissances et sont capables de réfléchir et de porter un regard plus critique sur les processus sociaux, économiques, politiques et culturels qu’ils rencontrent, ils seront également en mesure de créer plus d’espace pour participer à la conversation et à la prise de décision concernant le développement de leurs régions, processus dont ils sont souvent exclus.

Une impression de la première année de V4TA Mali :

L’objectif de l’Académie est d’être autosuffisante à la fin de la trajectoire de cinq ans, tout en continuant à partager les méthodes développées avec les générations futures.

Au début du mois de juin, Voice4Thought a organisé une série d’ateliers à Bamako pour former les coordinateurs et les entraîneurs de huit régions différentes – les huit autres s’ajouteront à partir de l’année prochaine. La première semaine a commencé par une discussion sur la sécurité, l’éthique et les responsabilités sur le terrain. Ensuite, le groupe très motivé et enthousiaste, dont certains avaient fait un voyage risqué de plusieurs jours depuis des régions éloignées comme Gao et Tombouctou pour participer aux ateliers, a pratiqué les techniques de recherche : observation, conduite d’entretiens, enregistrements audiovisuels et photographie. Après la collecte des données, les méthodes d’archivage ont été présentées comme une partie importante du cycle de recherche.


Une partie importante de l’Académie est la construction d’une archive. Ce centre de ressources virtuel contient toutes les données brutes – interviews (audio), images et textes – et les produits finis de la recherche. En plus de conserver les données non compressées sur des disques locaux, les centres régionaux téléchargeront leur contenu sur une plateforme en ligne où il sera possible d’y accéder à distance. Ainsi, le centre de ressources en ligne contourne les difficultés d’un pays où les conflits et les mauvaises infrastructures rendent les déplacements dans des cercles comme le centre du Mali, Gao ou Tombouctou peu pratiques et souvent dangereux.
Les données archivées offrent souvent une fenêtre unique sur ce qui se passe dans les cercles où V4TA est active, une perspective qui n’est guère disponible pour les journalistes, les chercheurs, les décideurs politiques et le grand public dans le Mali d’aujourd’hui. Les données collectées seront disponibles pour les participants de l’Académie, tandis que des documents et multimédias sélectionnés seront rendus accessibles aux parties externes telles que les journalistes, les chercheurs externes et le grand public.

Le développement des archives bat son plein. Veuillez jeter un coup d’œil à la page site d’archives où une première et modeste sélection de données partagées publiquement peut être visitée.