Coronavirus, gratuité d’eau enfonce la population dans la pénurie d’eau dans certains quartiers de Kinshasa. L’eau est une denrée importante pour la consommation et la vie. Cette denrée se présente actuellement comme une menace à la paix des citoyens dans certains quartiers de Kinshasa. Cette situation aux conséquences incalculables dans la vie des populations est entrain de perdurer à la Régideso (Régie de distribution d’eau) pour non – satisfaction du personnel
avec comme indicateur les arriérés de salaires, la vétusté des machines et la quantité insignifiante d’intrants pour la production d’eau.

Dans certains quartiers, les robinets sont secs, puisque l’eau ne coule plus. Les habitants du quartier Ngafani dans la commune de Selembao sont privés d’eau potable depuis 11 mois. Pour s’en procurer, ils sont obligés de se réveiller au milieu de la nuit, à la recherche de cette denrée devenue très rare dans les quartiers voisins. Et pourtant parmi les mesures prises par le président Félix Tshisekedi pour lutter contre le coronavirus, il y a la gratuité de l’eau.

Malheureusement cette mesure enfonce davantage la pénurie d’eau dans des quartiers déjà en souffrance. Les agents ne sont plus motivés pour travailler et desservir ces quartiers par manque de matériels et surtout des primes. En plus, des camions citernes promis, ne passent toujours pas. Préoccupée, Madame Ruth Kissa, résidante au quartier cité, qui doit chaque jour puiser de l’eau la nuit délie sa langue : «On a fait plus de 11 mois depuis que notre quartier est privé d’eau potable. Nous sommes en pleine capitale, mais nous vivons comme des villageois. Imaginez, je quitte Ngafani, la nuit, je laisse mon mari au lit, pour aller m’approvisionner d’eau au quartier Mama Mobutu. Faire la vaisselle, la lessive, prendre un bain ou se brosser les dents, est une véritable corvée qui exige une bonne gymnastique».

Comment cette population peut lutter contre cette pandémie si elle n’a pas d’eau potable ? Elle se voit exposée et abandonnée. Et comme conséquence : d’autres ne veulent plus observer les mesures de barrières et s’exposent à la maladie.

On ne peut pas vivre sans eau. Nous sommes sans ignorer que l’eau répond à plusieurs besoins de l’homme. Priver la population d’une denrée aussi primordiale que l’eau, c’est comme si on lui plantait un couteau dans le dos afin que mort s’ensuive. Survivre sans eau et lutter contre coronavirus reste un véritable défi de la vie pour cette population.