V4T et Bridging Humanities ont organisé un atelier « Connecting science, art, and audiences : towards new innovations in knowledge production » le 15 mars 2018 lors de l’ouverture du Humanity Hub à La Haye, une communauté d’innovateurs en matière de paix, justice et action humanitaire.

Dans l’atelier, Sjoerd Sijsma et Kim de Vries ont présenté le travail de V4T et Bridging Humanities. Ils ont partagé quelques exemples intéressants de coopération entre artistes et scientifiques. Nous avons également expliqué quelque chose sur l’académie V4T, une nouvelle approche de travail développée pendant le festival à Dakar. L’atelier s’est terminé par des discussions en petits groupes avec l’auditoire sur les collaborations possibles et la valeur particulière de l’approche V4T et Bridging Humanities.

Au cours des discussions avec l’auditoire, il est apparu clairement que l’approche V4T peut être caractérisée comme suit.

  • CO-CREATION : Nous nous concentrons sur l’égalité des relations de travail entre les artistes et les scientifiques, dans la co-création, ils peuvent offrir de nouvelles connaissances qui sont pertinentes pour la politique et la pratique qui travaillent pour le changement social. Pour nous, les artistes ne sont pas avant tout considérés comme des amuseurs, mais bien davantage comme des miroirs créatifs des sociétés. Nous devrions tirer des leçons de leurs antécédents et de leurs motivations. Les chercheurs partagent avec les artistes la liberté et la créativité de la pensée. Travailler avec les artistes peut aider les chercheurs non seulement à partager leurs connaissances de manière plus créative, mais aussi en leur permettant d’ajouter de nouvelles dimensions à leur travail.
  • DES SOLUTIONS INNOVANTES : Notre recherche de solutions innovantes est si possible au plus près des utilisateurs finaux et sur une base open source, facile à apprendre et à partager. Dans tous nos projets, la transmission des connaissances et la constitution d’archives locales est un must. Nous pensons que la numérisation a permis à de nouveaux producteurs de savoirs (non occidentaux, non académiques) d’entrer sur la scène, et qu’ils devraient donc travailler à des processus de production de savoir plus inclusifs.

Des collaborations spécifiques avec des organisations et des personnes impliquées dans le Humanity Hub peuvent se concentrer sur les points suivants :

  • PARTAGER LES RÉSEAUX : En tant que V4T, nous pouvons partager notre réseau d’artistes et de scientifiques en Europe et en Afrique, qui se développe rapidement, avec d’autres. V4T peut jouer un rôle de catalyseur entre les artistes, les scientifiques et les décideurs politiques ; trouver davantage de ressources pour la cocréation de connaissances ;
  • ARCHIVAGE : V4T peut être synonyme de préservation des connaissances dans les archives, qui peuvent par exemple être déployées dans des programmes de secours en cas de catastrophe (Croix Rouge et CAR international). V4T peut être le lien entre les musées et les artistes, les scientifiques et les décideurs politiques, en exposant les co-créations réalisées lors des ateliers de l’académie V4T, où les musées peuvent aussi devenir des acteurs importants en tant que centres locaux d’archivage ;
  • APPLICATIONS OPEN SOURCE : V4T aimerait participer à la construction d’une plateforme d’archives numériques ouverte en ligne, où les emplacements GPS sont reliés à des co-créations, des histoires et des idées engagées. V4T peut participer à la partie créative, éducative et d’applicabilité des projets innovants. Essayer d’utiliser des applications open source telles qu’Ubuntu pour se tourner, présentation artistique pour les plus heureux, vers des outils largement répandus pour la jeunesse numérique à apprentissage rapide (papillon fonctionne). Ou participer à l’élaboration d’excursions à 360 degrés d’artistes, de scientifiques ou d’informateurs, à travers leurs émotions, leur pensée et leurs conditions de vie physiques. Ces histoires peuvent être sous-titrées sur Internet et archivées.

V4T a également invité Barbara Gwanmesia et son fils à la réunion, et ils se sont produits pendant les séances plénières. Barbara est une chanteuse camerounaise, et sa musique est l’expression de ses préoccupations sociales et humanitaires. La prestation de Barbara en séance plénière a été remarquable. En répondant à ce qu’elle a appris sur le Humanity Hub, Barbara a exprimé le souhait que le Humanity Hub soit un lieu de GUÉRISON.

Réponse d’un participant à l’atelier organisé par Voice4thought lors de l’ouverture du Humanity Hub à La Haye, Pays-Bas, le 15 mars :

Plus nous en savons, plus nous sommes puissants. L’information a le potentiel de changer le monde, mais elle se perd si souvent dans le jargon académique et dans l’isolement du monde universitaire par rapport à la réalité quotidienne. Les manifestations anti-guerre des années 70 ne seraient nulle part sans l’art du graffiti, les affiches ou les autocollants ; en plus d’unir ceux qui sont déjà politiquement conscients, elles diffusent le message pour toucher de nouveaux publics. Quand l’art rencontre l’académie, les résultats peuvent être explosifs (accrochés à vos livres ou à vos toiles) : le mot devient une image, l’histoire d’une seule personne est relatable pour des millions de personnes et la recherche quitte les lieux scientifiques stériles pour rejoindre les rues.

C’est le sentiment que j’ai ressenti après avoir assisté à l’atelier de Voice4Thought lors de l’ouverture officielle du Humanity Hub à La Haye. Leur mission est de relier différentes sources de connaissances par le processus de cocréation, afin de présenter la recherche à de nouveaux publics et de façon innovatrice. Leur conception jette un nouvel éclairage sur la narration : le court documentaire qu’ils ont présenté pendant l’atelier était un mélange de vidéo, de photographie et d’art narratif. L’histoire d’une seule Camerounaise, Bernadicta Staand, apparaît à la fois intime et universelle – le film montre parfaitement comment la sensibilité de l’artiste peut enrichir le récit et le rendre accessible au grand public. La recherche constante du V4T pour enrichir la recherche s’est traduite par le projet Bridging Humanities, où les méthodologies numériques sont utilisées pour créer – ou co-créer, pour être précis – des publications universitaires multimédias qui sont accessibles à tous.

Le déroulement de l’atelier a reflété la véritable passion de ses organisateurs pour l’innovation constante : il s’est terminé par un remue-méninges des participants sur de nouvelles façons de combiner l’art et l’université. Séminaires de travail et randonnées en Afrique ? Des e-mails professionnels sous la forme d’une bande dessinée ? En dehors de l’apport de la créativité dans le monde universitaire, de tels changements n’entraînent que peu de perturbations positives. Et ce sont les petites perturbations positives qui ont la plus grande portée.