Dans le souci de vulgariser le slam au Tchad et de développer l’art oratoire, il a été organisé la cinquième édition du Festival de slam dénommé « Festival Internationale N’Djam s’Enflamme en Slam » qui a eu lieu du 05 Novembre 2019 au 11 Novembre 2019 à N’Djamena et à Moundou au Tchad. Le slam réunit des artistes qui ont une vocation pour le changement social dans leur environnement. Apprendre aux jeunes à slamer ou les y pousser, relève du désir de les amener dans un mouvement, et leur donner les outils pour s’exprimer et de se développer une identité. À travers le slam, l’aspect citoyenneté pourrait être discuté à différents niveaux et à travers plusieurs thématiques.

A cet effet, pour cette édition nous avons développé le slam et la poésie dans nos lycées et collèges en organisant le Concours de Slam et Poésie dans les Lycées et collèges pour le Festival International N’djam s’enflamme en slam (FINES) 5ème Édition le 09 Novembre 2019 au niveau de la Maison de Quartier de Chagoua (N’Djamena). En prélude de ce concours, nous avons organisé un atelier d’écriture de slam afin d’accompagner les candidats slammeurs et slammeuses des Lycées et Collèges le 07 Novembre 2019 au niveau du Lycée Académie Royale de 16h00 à 18h00 avec pour coach la slameuse congolaise Mariusca.

Les lauréats lors du Concours sont :

Catégorie slam

    • 1er Prix : Djérassembe Messager du Lycée Collège Sainte Etienne
    • 2ème Prix : Bayang Haiwe David du Lycée Don Bosco ;
    • 3ème Prix : Danzoumbé Exaucé du Lycée Sacre Cœur ;

Catégorie Poésie

    • Gali Terreï Marthe du Lycée Collège Sainte Etienne

Voici deux poèmes de Gali Terreï Marthe, elève en 1ère Lettre Lycée Collège Saint-Étienne N’Djamena:

Ma sœur Bintou

Bintou ! C’est le bonheur d’entre les enfants que Dieu m’a donné
S’exclame son père
Elle est l’unique fille !
Ainsi, la tradition et la culture de sa société fait d’elle un trésor pour sa famille
Et une main d’œuvre dans le foyer qu’elle sera forcée à fonder
Bintou ! Le soupire de l’égalité n’a pas connu ta société
Bintou ! Scolariser une fille est une perte pour ta famille
Bintou ! Le vent de la parité n’a rien changé à son passage chez toi
Bintou ! Chez toi une fille c’est le ménage, parée à 14 ans pour être mère
Et satisfaire le plaisir d’un homme venu de très loin, fort et puissant
Jamais tu ne rencontreras ni le chemin de l’école, ni de l’éducation
Car ta destinée est sous le poids de la tradition
Ton instruction est entre la cour de ton père
Et de celle d’un autre qui est comme ton père mais cette fois-ci ton mari
Bintou ! Ils diront que c’est tabou que tu empreintes la route de l’école
Bintou ! disent-ils que c’est abominable que tu marches avec les garçons et pire que tu t’assoies à leurs côtés en classe
Bintou ! Ils disent que tu perdras les bonnes mœurs et que tu croiseras la prostitution
Et l’idéal serait qu’on te garde à la maison loin de l’école, qui comme le disent-ils, détournera nos filles
Bintou ! C’est l’innocence sous les coups de l’ignorance et des barbaries !
Mon temps file et je vois notre monde plus loin de nous ;
Je soulève ma plume pour dire :
Ma sœur est un médecin !
Une enseignante ! Une avocate !
Ma sœur est éducatrice !
Ma sœur est technicienne !
Travailleuse !
Ma sœur Bintou…. Est une poète !

L’Adoption

Regarde le monde bouge et le péril continue sur mon avenir
Je passais ma matinée sur le chemin de la fontaine
Et eux veillent sur le petit déjeuner de leurs enfants
Regarde le monde bouge et le péril continue sur mon avenir
Je remplis chaque jour le panier de la ménagère au marché
Pendant qu’eux savourent la récréation
Regarde le monde bouge et le péril continue sur mon avenir
Je passais mon temps à la cuisine
Pendant qu’eux discutent sur un chapitre en civisme
Regarde le monde bouge et le péril continue sur mon avenir
Je tournais la boule dans une marmite N°8
Pendant qu’eux rentrent de l’école
Regarde le monde bouge et le péril continue sur mon avenir
Je faisais la rituelle vaisselle dans l’après-midi
Pendant que leurs enfants feront la rituelle sieste
Regarde le monde bouge et le péril continue sur mon avenir
Je pilais le soir le mil du couscous pour le diner
Pendant qu’eux seront devant la télé et avec leurs cahiers pour la révision
Regarde la nuit tombe et ainsi de suite
Ma vie est sous l’emprise de la souffrance
Et de la reussite des autres
On a fait de moi une fille de ménage et une machine à tout faire
Suis-je moi différente des autres ?
Est-ce parce que je suis d’une autre mère ?
Une fille d’autrui ! Une villageoise, une vie d’une anomale ?
De famille d’accueil ?
Non ! Ces enfants sont tous comme moi !
Je dois être éduquée !
Etre aidée !
Je dois être propre !
Préparer mon avenir !
Parler de mes envies
Avoir des amies
Exprimer mes sentiments et y parvenir comme tous !
Oh ! Que cette nuit-ci soit immense pour moi
Et me permette à partir du matin
De vivre un nouveau jour dans ma nation !