Cet article est une traduction automatique du anglais. Cliquez sur ‘English’ dans le menu pour lire le texte original.

Début mars, la Banque mondiale annonce qu’elle va soutenir les pays touchés par le coronavirus. Peu après, le Dr Eteni Longondo, ministre congolais de la santé, déclare : nous avons un premier cas de coronavirus

Il est belge.

Non, c’est un Français.

Oh non, c’est un Congolais qui vient de rentrer de France.

Tout le monde est confus

La victime du coronavirus a été mise en quarantaine dans un hôpital du district de N’sele. Pas vrai, répond M. « premier cas ». Je ne suis pas malade avec le coronavirus, j’ai juste la malaria. Et ils ne m’ont pas emmené à N’sele, mais dans un hôpital de la communauté de N’Djili et m’ont ensuite complètement abandonné.

Le ministre Longondo a perdu son crédit. Les Kinois ne le croient plus. Le pire, c’est que son prédécesseur est en prison pour avoir détourné de l’argent destiné à combattre cet autre virus, Ebola. Longondo ne cherche-t-il pas lui aussi le jackpot, comme son prédécesseur ? « Ezali affair ya lokotro, benda ya yo », c’est un marché, prenez votre part, a écrit Eve Bazaïba, secrétaire générale du parti d’opposition MLC.

Peu après, une véritable affaire de corona est annoncée. Le docteur Didier Bandubola, chef de cabinet adjoint du ministre de l’économie, assiste à un concert de l’artiste congolais pro-gouvernemental Fally Ipupa à Paris. Après son retour à Kinshasa, Bandubola tombe malade et meurt le 20 mars. Il est la première victime du virus de la corona. Qui d’autre est infecté ? La population s’agite, et commence à se poser des questions. Comment se fait-il qu’un médecin devienne chef de cabinet adjoint du ministre de l’économie, une fonction qui exige une connaissance approfondie du sujet ?

Le virus corona expose plus de bizarreries. Dans le personnel de cette ministre, non seulement son chef adjoint est un médecin spécialiste, mais aussi son jeune frère, et le chef de cabinet lui-même un architecte et son mari ; le chef de la communication un joueur de football et son beau-frère, et son conseiller juridique une infirmière et le mari de sa nièce. Voyez ici les tenants et aboutissants du cabinet du ministre Acacia Bandubola révélés.

La ministre Bandubola et son mari ont été testés positifs pour le virus corona, tout comme d’autres membres du gouvernement. Le coronavirus importé se propage, effraie et provoque quelques décès. Parmi eux figurent le président de l’association du barreau Mukendi et Kanumbi Mpiana, conseiller du président. Tous deux sont rentrés récemment de France.

La question qui circule maintenant est la suivante : pourquoi le coronavirus ne semble-t-il atteindre que les personnes haut placées ? A ce stade, parmi les personnes testées positives, aucune ne vient d’une famille pauvre.

Le gouvernement prend des mesures préventives. Le président a déclaré l’état d’urgence et veut isoler Kinshasa. Le gouverneur a annoncé une fermeture de trois semaines. Le Kinois ordinaire grogne.