le 17 novembre 2014

Il n’y a pas plus de naïveté d’un pouvoir politique que de considérer continuellement sa silencieuse population comme amorphe,  peureuse, dépourvue de courage et d’initiatives pour revendiquer ses droits, même dans les situations sociales les plus chaotiques. Le plus scandaleux pour un pouvoir public est de boucher ses oreilles et fermer ses yeux aux cris de la souffrance – cruelle précarité et  incertitudes du lendemain dans lesquelles vit son peuple.  La perpétuité de ces attitudes caporaliste et moins démocratique qui frisent l’atteinte aux droits humains et la dérive autoritaire, invitent la colère du peuple qui, du reste, semble être plus dangereuse qu’une bombe.

Le Tchad s’est réveillé le mardi 11 novembre 2014 dans l’ambiance inhabituelle des manifestations de colère de la population dans trois villes, à savoir, N’Djamena la capitale, Moundou considérée comme la capitale économique et Sarh. Les deux dernières situées au sud du pays. Ces manifestations se sont produites à l’appel du syndicat des enseignants qui proteste contre le non-paiement des primes, et surtout contre la hausse du prix des carburants, selon les informations publiées sur le site web Rfi.fr, de la Radio France Internationale le même mardi 11 novembre 2014.

A N’Djamena, ce sont des lycéens qui sont descendus dans la rue pour apporter un tonus aux revendications des enseignants. Ils ont réussi, certes, à entrainer les écoles privées dans leur mouvement, en les poussant à fermer carrément leurs portes. Ces lycéens ont brulé des véhicules, selon les images postées sur le site web Rfi.fr, dans ses publications du 11 novembre 2014. Ces derniers ont été dispersé par les agents de l’ordre, qui ont utilisé le gaz lacrymogène, aussi des balles réelles causant quelques blessés parmi ces jeunes manifestants, nous rapporte une source diplomatique joint au téléphone de N’Djamena, le matin du 12 novembre dernier.

A Sarh, tout a commencé par un concert des casseroles, avant que les manifestants ne procèdent à la barricade des rues et à  bruler des pneus, à l’initiative des enseignants rejoints par les élèves qui se sont déferler sur les bâtiments publics. Là aussi, ils ont été dispersé par les forces de l’ordre qui ont plusieurs fois tiré faisant deux blessé, selon toujours le site Rfi.fr dans ses publications du 12 novembre dernier ; 3 blessés dont un garçon de 17 ans et une fille de 16 ans ; 17 personnes arrêtées , puis relaxées le même jour sur intervention de la société civile, confie la même source diplomatique.

A Moundou, le calme était revenu dans les après-midi, et que le payement des primes aux enseignants de cette ville aurait commencé le même mardi 11 novembre . Ce qui aurait poussé les enseignants à prendre la décision de reprendre les enseignements, précise le  reporter de la Radio France Internationale,  cité dans l’article du 12 novembre 2014 sur Rfi.fr. Le bilan de la manifestation à Moundou fait état d’un mort et quelques blessés parmi les manifestants, selon une source proche de la société civile du Moyen Chari, joint au téléphone le matin du 12 novembre dernier.

Rappelons que, c’est depuis plus d’une semaine que la tension était perceptible au Tchad au sein du syndicat des  enseignants, qui avait décrété une  grève à cause du non-paiement des primes de ses affiliés. Un mécontentement relayé et soutenu par les lycéens qui n’ont pas pu supporter l’arrêt des enseignements qui impacte négativement sur leur programme de l’année scolaire en cours. Aussi, il y a eu quelques jours avant, soit le 4 novembre dernier, une manifestation de colère des étudiants dans la ville capitale de N’Djamena, qui a été étouffée à son début par la police. Ces étudiants protestaient contre le retard de payement de leurs bourses.

Cette succession d’évènements est-elle susceptible de faire penser à ce que nous pouvons appeler « le syndrome burkinabé » ?

De certains observateurs, ce mouvement de protestation en colère  des tchadiens est le début de la fragilisation du pouvoir d’Idriss DEBY par son peuple fatigué de la mauvaise gouvernance du régime en place, à l’instar du mouvement de protestation des Burkinabés qui a poussé l’ex-président Blaise Compaoré à la démission le 31 octobre 2014 et à s’exiler en Côte d’Ivoire. D’autres par contre, restent pessimistes, rappelant qu’il y a déjà eu des pareilles manifestations par le passé au Tchad, qui sont soldées par le renforcement et l’endurcissement du système DEBY, sans que rien ne puisse changer aux revendications des tchadiens.

Au regard  du débat qui semble être ouvert dans le médias sociaux, provoqué par cette série de manifestations de protestation au Tchad, ne sommes-nous pas en droit de nous poser deux questions fondamentales suivante: Pourquoi  une manifestation de colère de cette ampleur seulement en ce moment ? Et pourtant ce n’est un secret pour ceux qui connaissent ce pays : le non-paiement des primes des  enseignants tchadiens a existé dans le passé. Les tchadiens qui ont manifestés, se sont-ils inspiré des évènements du Burkina Faso qui ont poussé l’ex-président Blaise Compaoré à la démission le 31 octobre dernier ?

Nous ne nous tromperons totalement pas, si nous pouvons avoir le courage de dire que « le syndrome Burkinabé » a contribué au courage qu’ont eu les tchadiens, qui ont brisé la peur en se déversant avec colère dans la rue le mardi 11 novembre pour manifester leur ras-le-bol. L’ampleur avec laquelle les manifestations du Burkina Faso avaient été publiées et diffusées dans les medias sociaux, jusqu’à la fuite de Blaise Compaoré, ne pouvait qu’agir sur le mental des citoyens d’autres pays, qui sont sous l’emprise de la dictature et de la mal-gouvernance chronique comme le Tchad. Ces médias sociaux, ont été également utilisé par les tchadiens, au moment de leurs manifestations de colère, pour montrer à la face du monde, qu’ils viennent d’ouvrir une nouvelle page de l’histoire de la vie citoyennes dans ce pays dirigé de façon caporaliste.

Il est important de souligner aussi que, déjà le 8 novembre dernier, lors de la rentrée politique de l’Union Nationale pour le Développement et le Renouveau, UNRD en sigle, un parti  politique du chef de file de l’opposition tchadienne, Saleh KEBZABO – une rentrée basée sur l’unité de toutes les forces politiques de l’opposition en vue des élections de 2016, avec en toile de fond les récents évènements politique au Burkina Faso. Ce dernier avait dans son allocution, chargé Idriss DEBY  d’être à la base de la gestion calamiteuse de l’Etat tchadien : « C’est lui et sa famille qui prennent en otage le Tchad depuis 24 ans. Et le résultat est là, un Etat incapable de payer ses fonctionnaires à terme, un Etat où toutes les ressources sont détournées en faveur de sa seule famille ». Et d’ajouter que, le temps de rendre compte est proche, peut-on lire sur le site rfi.fr, en ses publications du 8 novembre 2014. Les responsables des syndicats et des associations de la société civile du Tchad était présents à cette messe politique, à l’invitation de l’UNRD.

Les jours  à venir nous diront,  si oui ou non « le syndrome Burkinabé » a atteint la  République du Tchad.